Veuillez préciser que vous n'êtes pas un robot !
Blog Alix
Alix - Logotype

Le bassin stéphanois à l’ère du digital

La ville de Saint-Étienne est en pleine expansion, un vent de dynamisme souffle sur la ville et ses entreprises. Et le digital n’y est pas étranger.

Le bassin stéphanois à l’ère du digital
Partagez !
Catégorie d'articles
Téléchargement

Une industrie qui a fait son temps

Saint-Étienne, historiquement, est une ville ouvrière, qui a construit son image autour du charbon, fleuron de l’industrie stéphanoise jusque dans les années 1970, tout comme l’armurerie, grâce à Manufrance et la Manufacture d’armes de Saint-Étienne, prospères en période de guerre. Une industrialisation qui a fait exploser la démographie stéphanoise de moins de 50 000 habitants au milieu du XIXe siècle à 223 000 en 1968. Mais à partir des années 1970, la crise frappe de plein fouet le bassin stéphanois.

Le charbon doit subir la concurrence du pétrole et du charbon étranger alors que Manufrance ferme ses portes 1986. Il en est de même pour les fabriques de vélo, la sidérurgie, le textile etc… L’économie chute et entraîne une baisse de 50 000 habitants en 40 ans pour atteindre 170 049 en 2011.

Saint-Étienne reverdit et se repeuple

Au XXIème siècle, Saint-Étienne a longtemps pâti de son image triste, industrielle et noire. Mais la tendance s’inverse et la ville de la Loire aborde un tournant important dans sa volonté d’expansion et de modernité. Cette renaissance provient de secteurs de pointes comme l’informatique, la communication, l’optique, le textile médical etc… Saint-Étienne redevient attractif et la population se remet à croître.
Cela découle d’une stratégie de modernisation du paysage stéphanois, ville du design. En effet les habitants repeuplent l’agglomération grâce à un dynamisme retrouvé, notamment avec des commerces et grandes enseignes qui ne cessent de s’y installer.

Un intérêt conséquent a également été porté à la rénovation et l’embellissement de la ville. Ainsi que l’arrivée des nouveaux projets alléchants comme le centre commercial « Steel » dans le secteur Pont de l’Ane-Monthieu. Ou encore la troisième ligne de tramway dont les travaux débutent et qui va desservir des zones clés comme le technopole (qui représente 3 000 emplois), la plaine Achille ou encore le stade Geoffroy-Guichard.

Des entreprises leaders et innovantes

Coté emploi, des start-ups et PME éclosent en masse. Des entrepreneurs qui ont compris qu’installer leur entreprise dans le bassin stéphanois n’était plus un frein au développement mais représentatif du renouveau de la ville au sept collines. Plus de 20 000 entreprises sont présentes, dont de grands groupes comme Casino, Haulotte Group, Thalès Angénieux, Thuasne, Ithac, ArcelorMittal, le groupe Zannier, Desjoyaux Piscines, Logtex, Avéo, Focal, SNF Floerger etc…
La Loire devient le 1er département Rhône-alpins en termes d’intention d’embauche et le domaine évolue, le secteur industriel étant petit à petit remplacé par le secteur tertiaire.

Métropole et ville du design

Outre l’image locale de ville, les instances nationales et internationales ont également bien compris qu’il faudrait dorénavant compter sur Saint-Étienne et son agglomération au plus haut niveau. Ainsi, en 2015, Saint-Étienne et son territoire ont été labellisé French Tech par le gouvernement pour son savoir-faire et ses atouts dans les domaines du design et du numérique.

L’UNESCO quant à lui, a nommé Saint-Étienne ville du design, et c’est la seule ville française. Début 2017, l’Assemblée Nationale donne son feu vert au projet de loi sur la création de sept nouvelles métropoles, dont Saint-Étienne. Un changement de statut important qui démontre son ascension récente et rapide ainsi que son influence grandissante au niveau national.

A armes égales grâce au digital

La métropole emmène dans son sillage les start-ups, PME et grands groupes qui sont historiquement installés dans le bassin stéphanois ou qui y posent ses valises. Une prise de conscience s’opère, dans le sens où le fait d’être stéphanois devient une force et une fierté. Les entreprises n’évoluent plus dans l’ombre, modestement. Elles prennent en main leur évolution et leur communication. Auparavant, elles acceptaient et se résignaient à subir la concurrence des entreprises de grandes villes, dynamiques, souvent parisiennes. Mais la tendance actuelle est à l’optimisme, la recherche de nouveauté, être précurseur, et faire de son implantation stéphanoise une force.

Les entreprises prennent donc volontiers le virage de la digitalisation. Elles ont bien compris que le webmarketing, le content et social média management sont des leviers importants dans l’obtention de leads et de notoriété, et qu’ils ne sont pas réservés aux grands groupes.

En B to C comme en B to B, l’objectif est de faire revenir les prospects et clients qui ont pris l’habitude de consommer en dehors de la ville. Et c’est en cela également que le marketing digital va avoir un impact, via les réseaux sociaux ou des articles de blog, qui auront comme objectifs de faire connaître la société et de démontrer son expertise, qui n’est pas moins bonne voire meilleure que le concurrent lyonnais, bordelais ou parisien par exemple. C’est un travail de fond qui consiste à s’imposer comme leader et expert de son secteur d’activité, sans être handicapé par la localisation stéphanoise, qui pouvait auparavant être assimilée à une activité locale et peu prospère. Et la présence de grands groupes dans cette région aide à augmenter cette crédibilité.

L’image a changé, Saint-Étienne est innovant et moderne, et les entreprises auraient tort de ne pas surfer sur cette vague de renouveau.

Nos articles associés

    • L’inbound marketing : quels résultats attendre de cette méthodologie ?

      Mettre en place une stratégie inbound marketing est une solution efficace pour attirer de nouveaux clients par le biais de votre site web. Mais il peut être parfois difficile de se fixer des objectifs réalistes, surtout pour une entreprise qui n’a pas l’habitude des indicateurs de performance utilisés dans des stratégies de marketing ou de communication. Voici pour vous quelques éléments de réponse qui pourront vous aider à y voir plus clair et à évaluer ce que vous pouvez attendre d’une telle méthodologie pour votre entreprise BotB.

      >>>
      L’inbound marketing : quels résultats attendre de cette méthodologie ?
    • Présentation du smarketing, alliance entre les commerciaux et le marketing

      Une collaboration harmonieuse entre le service marketing et les forces commerciales n’est pas toujours aisée, comme vous le savez peut-être. Ces deux services clés partagent pourtant un même objectif : développer le chiffre d’affaires de l’entreprise.  En coopérant, commerciaux et marketeurs pourront décupler leurs performances afin d’augmenter le nombre de clients et booster le chiffre d’affaires : c’est le smarketing.

      >>>
      Comment le marketing et les forces commerciales peuvent s’allier pour générer des leads : présentation du smarketing
    • Pourquoi faut-il en finir avec la prospection téléphonique ?

      Depuis de nombreuses années la prospection téléphonique est une méthode très utilisée pour trouver des prospects. Cependant une étude de Harvard Business Review révèle que l’efficacité de la prospection téléphonique n’atteint que 2 %. Ce résultat s’explique facilement : avec des outils de prospection de masse les commerciaux manquent d’informations sur leurs contacts. Face à ce constat nous avons décidé de vous proposer des alternatives efficaces qui vous permettront de générer des leads qualifiés : un gain de temps et de performance pour vous, commerciaux.

      >>>
      Pourquoi faut-il en finir avec la prospection téléphonique ?